dogsing.com

11 minutes (part.2) – gims (sexion d’assaut) текст песни

подождите пожалуйста...

[paroles de “11 minutes (part.2)”]

[intro : a]
ième 3 pro, jr o crom, prohi*b
injection lyricale, s*xion d’assaut
alors que la terre tourne,(laconik) l’homme s’adonne à des activités futiles

[refrain : b]
akhi quitte à tout quitter comme kunta kinté
et ceci même si t’es côté, wati b
ça s’acharne, ça se déchaîne, c’est pas un coup d’schlass
shoote*moi si ça sonne chiant, wati b
non, me dit surtout pas de me taire
a l’heure qu’il est je suis trop déter’
nos délires sur toi déteignent
la couleur c’est noir ébène

[couplet 3 : b]
dans quelques temps j’vais quittеr la baraque
d’un côté je dis “bon débarras”, y’a grave l’inspi dans lеs parages
la 9ème zone bah c’est paname, s*xion d’assaut v’là les tarés
solo c’est pas le même tarif, sous l’eau douce comme une otarie
george bush il envoie ses missiles comme dieu nous envoie ce messie
mais dis*moi qui sont ces messieurs moi j’me présente c’est gims
le truc, c’est qui m’aime me suive y’a même ma gueule sur msn
moi, l’inspecteur, y me met l’seum mais tout c’que j’veux c’est aller*ller ssé*p !
c’est un : pour le délire et ceux qui disent que j’ai pas gé*pi
deux : pour le reste et un d’mes potes m’jiba jiba
trois : je veux ce son sur les samsung et les nokia
ramène que du lourd et si tu m’saoules tu vas né*ca
a l’école j’étais naze, nique la terminale
qu’est ce que je fous à*l si j’ai le flow qui fait mal
il me faut bien plus qu’une île, go pourquoi tu nies
les choses que je peux pas dire sur ma tête moi je les mime
stoppe pas l’instrumental ou je baise tes ligaments
chose qui se fait pas donc tous le monde crie : oh les gamins !
(oh les gamins ! vous êtes des gamins les mecs)

[refrain : b]
akhi quitte à tout quitter comme kunta kinté
et ceci même si t’es côté, wati b
ça s’acharne, ça se déchaîne, c’est pas un coup d’schlass
shoote*moi si ça sonne chiant, wati b
non, me dit surtout pas de me taire
a l’heure qu’il est je suis trop déter’
nos délires sur toi déteignent
la couleur c’est noir ébène
non

[refrain : c]
on f’ra du bruit, et ça jusqu’à la fin !
car contrairement à d’autres, nous dans notre bide on a la faim
s*xion d’ass’, nos govas ont la foi
un check aux petites sistas et un gros doigt à la poisse
on f’ra du bruit, et ça jusqu’à la fin !
car contrairement à d’autres, nous dans notre bide on a la faim
s*xion d’ass’, nos govas ont la foi
un check aux petites sistas et un gros doigt à la poisse

[couplet 2 : c]
eh, 1*9*9*8, le r.a.p m’a pété
puis 2005, remporte [l’agent ?] de la ratp
un gars vénère au doigt sensible comme clint eastwood
un soir, paris 9ème, deviens la forêt de sherwood
juste 18 ans et ça prétend ouvrir des accès
g.i.m.s, garde ta puissance robin de …
les signalements au rectorat, un gosse qu’enchaîne les absences
sa vie est*elle un bordel, se défonce*t*il a l’absinthe ?
3ème pro’ la promo, ça crame comme tony parker
un gars qui refuse de ber*ton sera prêt à smacker le parquet
enfants des ghettos pétés, qui refuse l’idée de céder
les lois d’ici m’ont signé des familles et des bars e.d
j’compte pas voter pour bayrou, ni faire fortune au pérou
soulève divers plaques d’égouts, car nombreux ici se dévouent
c’est un peu comme les grands sports, faut marquer le plus de buts
ecoute un peu ce débit renié par les fils de putes !
je peux pas changer le 7*5, le 6*35 je manie à peine
election régionale, puis j’ai le seum comme marie le pen
les doigts posés sur le bah*bah, les douilles de flashball
une foule qui te passe dessus ambiancé tah les putes de sean paul
si t’as capté l’instru’, je fais ça mollo, faut pas que les gens me graillent
au pire ça devient la scène de sammo law dans “le flic de shangaï”
souvent la nuit l’esprit de belzé’ m’étrangle
puis le lendemain j’suis p’t’être dopé comme lance armstrong

[refrain : c]
on f’ra du bruit, et ça jusqu’à la fin !
car contrairement à d’autres, nous dans notre bide on a la faim
(s*xion d’assaut) s*xion d’ass’, nos govas ont la foi
un check aux petites sistas et un gros doigt à la poisse
on f’ra du bruit, et ça jusqu’à la fin !
car contrairement à d’autres, nous dans notre bide on a la faim
(black m) s*xion d’ass’, nos govas ont la foi
un check aux petites sistas et un gros doigt à la poisse

[couplet 3 : c]
tôt ou tard ta tête j’t’éclate, j’me fais un blaze, genre malekal
j’suis occupé par l’illégal, le stupéfiant ça ma mé*cal
bonne action répétitive, parfois tu te dis, ces gens sont justes
c’est changer chacun, chacune, sois*en comme quelques échangistes
un gars qui vit, un gars qui voit, un gars qui vit qu’avec c’qu’il a
un gars qui marche avec la foi ou un gars qui dit “qu’est*c’tu fais la ?”
attentivement absorbant, mon flow j’n’ai pas tout déballé
milite, toi garçon, ouais juste un coupé décalé
fatalité, mc trop carré, parfois, ça met replay
faut mériter, car ça je dégaine que sans m’alliter
trop souvent pété, j’vois pas qui pourra t’aider
j’me vois pas plaider, pour un soi*disant pédé
depuis l’temps, j’me dis sûrement qu’j’ai plus sommeil, sé*po sur l’sommier
rien que des billets vert,s ça donne toujours quelqu’un qui s’sent mieux
trop de flics, t’as le seum, toi t’es à*l, t’as pas la somme
pas d’rée*soi, t’as pas les sapes, ça parle du bled à thalassa
dépendant du libre arbitre, ni les conseils d’l’instituteur
3ème pro, toute une story qui s’intitule la ‘sique qui tue
enfant des quartiers fous la rue a dit arrête les pleurniches
2004 la soumission, il m’faut l’salaire d’halle berry
nombreux sont les keufs qui dans les ombres et qui font très vain
nombreux sont les tchoys qui volent la thune du musée grévin
c’est l’quotidien qui sait qu’à la thune, pas laisser sser*par
on s’verra p’t*être un de ces quatre, j’ai l’pied posé sur l’c4
c’est lourd l’passé d’un détenu, la douche, obligé d’être nu
le bled qui devient têtu, puis rien qu’ça parle d’ethnie

[transition : c]
ouais, ouais, ouais, c’est l’spécimen de l’espèce humaine
9ème zone, muanamay soljas, tiens ça

[refrain : c]
on f’ra du bruit, et ça jusqu’à la fin !
car contrairement à d’autres, nous dans notre bide on a la faim
(s*xion d’assaut ) s*xion d’ass’

[couplet : d]
issu d’un quartier dangereux, distingue les vrais des faux gars
les vrais héros n’ont pas de points faibles, verse*leur d’la kryptonite
idr, écureuils, j’crois bien que soir*ce c’est nuit blanche
python noir avale les bâtards si j’suis pas au tier*quar
avec une équipe de moins d’vingt, on te baise ta race tu te tapes en vain
s*xion d’assaut, voici l'”10 * 1″, nous fais pas shrab tah les pots de vins
agis à l’instinct, sadiri dans l’19ème
dimoine, 9.5, osiris dans l’18ème
et bien trop souvent stiche*po, finir coursé par la lice*po
non j’veux pas finir au ste*po m’taper la tête contre un poteau
tu galères, tu t’ennuies, tu n’côtoies personne
enlève tes côtes puis suce ta bite comme marilyn manson
si t’as les flics au cul, re*frè moi je les ai à la queue
paris, 9ème, constate et j’qualifie de prison aqueuse

[refrain : d]
frères de rues, frères de sang, j’crois que faut s’épauler
depuis tous petits, j’crois qu’on est paumé
le vice de la rue t’a détrôné
et les intérêt t’ont dessoudé
frères de rues, frères de sang, j’crois que faut s’épauler
depuis tous petits, j’crois qu’on est paumé
le vice de la rue t’a détrôné
et les intérêt t’ont dessoudé

[refrain : a]
manque de pot, les journalistes n’ont plus de questions
les caméras ne donnent plus d’image, puis claire chazal qui reste chez elle
les pom*pom girls n’ont plus d’idées pour leurs chorés
manque de pot, le public sait pourtant c’est chaud comme en corée
okay, j’ai mal mais mes très proches m’ont traité de fou
depuis que dieu le tout*puissant me fait l’artiste de ce qu’on ne voit pas
les philosophes se contredisent
la médisance se b*n*lise, la fin du monde je réalise

[couplet 2 : a]
bienvenue là où les arguments sont un poison
les transgresseurs n’ont plus d’limite
puis les médias veulent tous le scoop
les préfectures sont débordées, les immigrés font tous le rêve là où il pleut des fafs’ français
n’abuse pas sur la boisson, car sur certaines des phases t’as tords
oui cependant un verre d’alcool peut s’avérer dévastateur
jamais les loups n’ont négocier avec les poules
manque de pot, paris m’aspire, pigalle produit des films de boules
les prostituées montrent leurs atouts, les bois d’boubou’ regorge de dep’s
manque de pot la france en dette, j’casse mon ram’dam avec une datte
la mort c’est vrai, la vie c’est faux, la foi dans l’faux, les fous, les folles, souvent en foule et fou du foot, guettez les foudres
combien des jeunes des ghettos chics pourraient prétendre connaître leurs droits
manque de pot j’traine à paname, met moi sous terre du côté droit
on nous a tous donné l’choix, maintenant j’peux dire j’rentre chez moi
dans quelques temps faut qu’j’marrache, faut bien que j’fasse jumu’a

[refrain : a]
manque de pot, les journalistes n’ont plus de questions
les caméras ne donnent plus d’image, puis claire chazal qui reste chez elle
les pom*pom girls n’ont plus d’idées pour leurs chorés
manque de pot, le public sait pourtant c’est chaud comme en corée
okay, j’ai mal mais mes très proches m’ont traité de fou
depuis que dieu le tout*puissant me fait l’artiste de ce qu’on ne voit pas
les philosophes se contredisent
la médisance se b*n*lise, la fin du monde je réalise

[intro : e]
respecte bien mon art
plus d’une flèche à mon arc
mais quelle guêpe t’a piqué ou simplement ce qui a fait que t’es devenu respectueux comme un de ces moines ?
je concocte des flows inimaginables pour finir travailleur comme un chinois

[couplet : e]
dès que t’entends ce genre de débit, pars et trace
mon style est bien plus grand que paris xiii
je suis pas en détresse pour les ‘tie*qu, les ‘té*c
j’ai les cheveux courts, des contours, pas des tresses
apparemment dès qu’on déboule, il fait frisquet
on nique ta race à domicile après on se vés*qui
après on se vés*qui, on évite l’embuscade
on est pas du tout dans le même délire que limp bizkit
9ème zone, une nouvelle race d’mc est née
g*i*m*s, puissance innée
il paraît qu’ils vont me mêler sur le beat, me rendre malade
c’est insensé comme une meuf qui fait l’imman
puis y’a des bandes, des clans, des bons plans
puis les gens flambent de compton jusqu’aux dom*tom
puis les déclans qui déclenchent la venue des condés
les décombres qui m’encombrent, les règlements de comptes
et si tu veux, je te l’explique un peu plus de*spee
moi c’est maître gims, et pas britney spears
bienvenue dans le pays ou ça respecte pas l’ainé(e)
la plupart de mes potes, bah le mal les a parrainés
tu voudrais savoir ce que le hip*hop m’a légué :
le micro de l’ermite qui m’a dit “surtout fais pas néné”

[refrain : e]
ta gueule, on a le seum dès le matin
y’en a qui se font canner pour des “ta mère la tain*p'”
ta gueule, les vies défilent par nos fenêtres
c’est des futurs délinquants que les mères font naître
ta gueule, on a le seum dès le matin
y’en a qui se font canner pour des “ta mère la tain*p'”
ta gueule, les vies défilent par nos fenêtres
c’est des futurs délinquants que les mères font naître

[couplet : e]
si tu guettes le corps d’une femme, mon frère dis starf’allah
je veux un taf hallal, ici on m’appelle “gims” ou “bilel”
la mort pour l’autre vie, ici ça devient trop le polard
je viens niquer le délire, tout comme la vente de volaille
hein, 9ème zone, ici c’est anti*mariolle
être semi*homme dans un monde comme andy warhol
ici on connais le flow, donc viens nous voir qu’on te corrige
3ème pro’, wati b : classés torrides
black n*ggas black n*ggas, faut en faire une story
une spéciale pour mon pote kim jong*il de la corée
maintenant avec les clefs de bras : n’importe qui te quer*ni
puis un jour, t’entends qu’ils m’ont buté comme kenny
f*ck tous ces haineux, deu*s comme la bande à benny
j’brûle le radar avec une lamborghini
apparemment les terroristes qui terrorisent, c’est terrible
3ème pro’ c’est le renouveau, écartez*vous que j’atterrisse
apparemment ça devient le taudis, les tourtereaux quittent le nid
puis ça, c’est moi qui te le dis : “bla bla bla..” toi t’es qui ?

[refrain : f]
ça chuchote qu’c’est la guerre (ouais !) guette un peu nos dégaines (ouais !)
2005, moi, j’ai vu (ouais !) un g*y parmi des guêpes (ouais !)
ça chuchote qu’c’est la guerre (ouais !) guette un peu nos dégaines
2005, moi, j’ai vu (ouais !) un g*y parmi des guêpes (ouais !)
ça chuchote qu’c’est la guerre (ouais !) eh, matte un peu nos dégaines (ouais !)
2005, moi, j’ai vu (ouais !) un g*y parmi des guêpes (ouais !)
ça chuchote qu’c’est la guerre (ouais !) guette un peu nos dégaines (ouais !)
2005, moi, j’ai vu (ouais !) un g*y parmi des guêpes (ouais !)

[couplet 3 : f]
j’arrive en saison de pluis avec un gros k*way
c’est sûrement pas un rockaway
le monde qui m’ouvre ses portes , j’dégote un job à la mairie
j’fais rage, et puis j’m’éteins comme c’putain d’groupe merry merry
tu sais qu’si l’hindou est dans la merde, faudra l’aider
ça gratte grave, si j’appelle mon album for the ladies
faut savoir s’arrêter jeune homme quand on te dit “basta !”
masta, faut pas comme des comme …
de nuit j’me rapproche pas à pas, non j’veux pas servir d’appât
quelquefois j’suis pas parés, nos papas sont pas pareils
j’vois pas pourquoi tu quittes ce bled pourri comme le mississipi
veulent même pas te laisser p*sser même pas t’donner de récép*ssé
maintenant que t’es autonome et bien conscient, faut gérer
les jeunes, les forces de l’ordre sont blabla tom et jerry
maintenant tu croises des types galbés comme o’neal shaquille
sans pourtant absorber d’produit du professeur jacky
y’a des craqués qui craquent, des boloss cr*potent et croient que
la bicrave genre en claquette, c’est simple comme d’éclater des clopes
soir*ce j’suis claqué mais quoique, se prendre des claques c’est pas classe
se faire plaquer au placard envoie tout claqué : c’est l’classique
75*double*zéro*neuf, il pleut des têtes, faut que tu le retiennes
y’a de fortes chances que tu trouves mon textes sur titres hautaines
dote*moi des facultés que possèdent tes x*men
répandu comme ce sentiment qu’on nomme la haine

[refrain : f]
ça chuchote qu’c’est la guerre (ouais !) guette un peu nos dégaines (ouais !)
2005, moi, j’ai vu (ouais !) un g*y parmi des guêpes (ouais !)
ça chuchote qu’c’est la guerre (ouais !) guette un peu nos dégaines
2005, moi, j’ai vu (ouais !) un g*y parmi des guêpes (ouais !)
ça chuchote qu’c’est la guerre (ouais !) eh, matte un peu nos dégaines (ouais !)
2005, moi, j’ai vu (ouais !) un g*y parmi des guêpes (ouais !)
ça chuchote qu’c’est la guerre (ouais !) guette un peu nos dégaines (ouais !)
2005, moi, j’ai vu (ouais !) un g*y parmi des guêpes (ouais !)

[outro : f]
ème3 prototype, homicid, dangereux pour les non*initiés
ème3 prototype, homicid, dangereux pour les non*initiés
ème3 prototype, homicid, dangereux pour les non*initiés
ème3 prototype, homicid, dangereux pour les non*initiés

- gims sexion dassaut текст песни


случайный